01 MBEUMO.jpg

LA PREVENTION DU PALUDISME DANS NOTRE ENVIRONNEMENT

Février 2020

Par PAUL LAPOIN MBEUMO

Infirmier à l'unité médicale de l'UCB

Le paludisme est une maladie endémique au Cameroun. Il est à l’origine de plusieurs cas d’arrêt de travail dans les entreprises et entraîne des manques à gagner pour celles-ci et pour leur personnel.

Notre entreprise n’est pas en reste et c’est tout l’intérêt de cet encart sur la prévention.

Définition

Le paludisme ou malaria est une maladie infectieuse potentiellement mortelle due à plusieurs espèces de parasites appartenant au genre plasmodium. Il se manifeste par la fièvre et des troubles digestifs et se transmet à l’Homme essentiellement par la piqûre d’un moustique (l’anophèle femelle) infecté et, plus rarement, lors de la transfusion sanguine ou par transmission mère-enfant pendant la grossesse.

 

A-Épidémiologie

 

Le paludisme est l’infection parasitaire la plus répandue dans le monde, notamment dans les pays d’Afrique tropicale au sud du SAHARA où il représente la première cause de morbidité.

 

B-Mode de transmission

 

Le paludisme est transmis à l’Homme par la piqûre de l’anophèle femelle, elle-même infectée après avoir piqué un Homme impaludé: la femelle en prenant le repas de sang nécessaire à sa ponte, injecte le parasite à son hôte.

Cette transmission dépend aussi des conditions climatiques qui peuvent influer sur l’abondance et la survie des moustiques, telles que le régime des précipitations, la température et l’humidité. Dans plusieurs cas, la transmission est saisonnière avec un pic pendant ou juste après la saison des pluies.

02 moustique_2x.jpg

C-Les symptômes

 

Le paludisme se manifeste généralement par :

La fièvre, souvent élevée et accompagnée de frissons, de sudation, de douleurs dans les muscles et les articulations.

Les maux de tête

La fatigue

La toux (chez 20 à 30% de personnes)

Les nausées et vomissements

La diarrhée (chez 20 à 30% de personnes)

Ces symptômes apparaissent au bout de 10 à 15 jours après la piqûre du moustique chez une personne non immunisée

. Si le malade n’est pas traité dans les 24 heures, le paludisme à plasmodium Falciparum peut évoluer vers une affection plus sévère souvent mortelle. Les enfants atteints développent fréquemment les symptômes suivants : anémie sévère, détresse respiratoire, paludisme cérébral…

 

D-La prévention

 

La prévention est différente selon que vous êtes voyageur ou que vous vivez en zone impaludée.

Dans les régions impaludées, l’élimination des moustiques et la protection individuelle contre leurs piqûres constituent le principal moyen de lutte contre le paludisme. Cette lutte dite anti vectorielle permet de réduire la transmission de la maladie ; elle repose sur deux méthodes :

a) L’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide (MILDA) sous lesquelles toutes les personnes exposées devraient dormir, l’utilisation des répulsifs cutanés ou d’insecticide à diffusion continue.

b) Les pulvérisations d’insecticide à effet rémanent dans les habitations dont l’efficacité dure 3 à 12 mois selon le type de produit utilisé.

La chimio prophylaxie : c’est l’utilisation de médicaments anti paludiques à visée préventive.

Les personnes concernées ici sont :

Les enfants de moins de 05 ans

Les femmes enceintes (Traitement préventif intermittent)

Les voyageurs

Le traitement précoce des malades a également un effet bénéfique sur la transmission du paludisme.

03 illustration palu_2x.jpg

OBSERVATIONS

L’Union Camerounaise de Brasseries pratique déjà la lutte anti vectorielle par la pulvérisation d’insecticides à effet rémanent au moins 02 fois par an ; la dernière ayant eu lieu en septembre 2019).

Une autre méthode préventive utilisée chez nous est le traitement précoce des cas qui viennent consulter à temps mais nous devons davantage apprendre à utiliser les moustiquaires imprégnées dans nos domiciles, en bannissant l’idée selon laquelle « la moustiquaire chauffe » ou bien « la moustiquaire étouffe »