UN HOMME AIMABLE ET UN MANAGER ATTACHÉ 
À LA RENTABILITÉ

12 APW_0025.jpg

Par Jean-Pierre TIEMANI,

Directeur Fiancier 

Pour réussir, il faut travailler – Pour travailler, il faut s’efforcer.

 

Et pour s’efforcer il faut avoir de la volonté.

L’Union Camerounaise des Brasseries (UCB) à travers sa marque emblématique la KADJI BEER s’est imposée sur les dernières années comme un acteur de choix à travers la volonté de son fondateur et de ses dirigeants.

 

Les faits parlent d’eux-mêmes. Ces faits sont le fruit de la vision d’un homme créatif, entreprenant et innovateur, Joseph Kadji Defosso. Un homme intègre auprès de qui ont œuvré pour l’atteinte de ce but, pour la réalisation de cette ambition, des hommes de poigne au premier rang desquels Monsieur AJEWOLE ADEBAYO, un homme aimable et un manager soucieux de la rentabilité.

 

C’est grâce au travail de tout un personnel qualifié et engagé qui partage une vision, mais c’est surtout grâce à la perspicacité, à l’efficacité et à la ténacité de cet homme acharné au travail bien fait qui a su capter la vision du promoteur de la plus belle des manières sur une bonne parcelle de temps, et d’y impliquer ses collaborateurs avec méthode et rigueur.

Le fondateur Kadji Defosso a semé la graine et posé les jalons de l’excellence, et Mr AJEWOLE n’a eu de cesse d’entretenir et d’arroser ce jardin afin que l’UCB soit ce qu’elle est aujourd’hui, et que la ‘Kadji Beer’ représente le Cameroun comme elle le fait aujourd’hui.

 

Notre Directeur Général avait un dévouement sans pareil, un courage extrême et un dynamisme contagieux. Toujours souriant pour véhiculer la bonne humeur, il avait un gout poussé pour le travail bien fait et une pédagogie particulière dans le partage des connaissances et d’expériences. Pour lui, seul le travail comptait et seul le rendement prouvait qu’on a travaillé. Il était arrivé à faire comprendre aux employés que le vrai patron de chacun était son travail, que le vrai salaire de chacun était la satisfaction qu’il a de son travail et que l’auto-évaluation primait sur l’évaluation.

 

Monsieur ADEBAYO a passé dix années à l’UCB, mais l’on peut au vu de l’avancée de cette entreprise et de ses nombreuses réalisations aux plans de la modernisation de l’outil de production, du développement du capital humain et de celui de la distribution, croire qu’il y a passé toute sa vie. Parce que chaque seconde de son temps était consacrée à son travail et comme il était acharné au travail bien fait, chaque seconde mis à ce travail était convertie en rendement. Comme quoi, l’important dans la vie professionnelle n’est pas le temps qu’on met à son poste de travail, mais ce qu’on fait de ce temps étant à son poste. C’est une autre leçon que nous devons retenir de cette locomotive qui s’en va.

 

Nous pouvons pleurer pour nous lamenter, mais nous devons davantage nous efforcer à sauvegarder son héritage et sa mémoire en nous efforçant d’être le plus proche possible de lui et de ses idéaux par notre façon de travailler,  par notre attachement au rendement et par notre implication à la vision globale de la société. Son esprit s’épanouira de savoir que ceux qu’il a laissés et qu’il aimait tant l’honorent par le travail, et que ce qu’il a accompli comme tâche a continué à prospérer. C’est donc par notre travail et notre implication à la réussite de UCB qui a pris une bonne partie de sa vie que nous devons prouver que nous l’aimons, ainsi que par la perpétuation de tout ce qu’il avait de positif.

 

Apres le Patriarche Joseph Kadji Defosso, c’est notre Directeur Général Ajewole Adebayo qui s’en va donc. Nous devons continuer à croire en leur force d’intervention dans la réussite de cette entreprise car ce sont des africains, c’est une entreprise Camerounaise et africaine et, chez nous les africains, les morts ne sont pas morts.

La perte de Monsieur AJEWOLE ADEBAYO nous plonge dans une grande tristesse et une profonde consternation. Nous le pleurons, tout en priant pour le repos de son âme, lui notre directeur général, notre frère et notre ami, tout en adressant nos condoléances les plus attristées à sa famille, et à sa nation qui vient de perdre un valeureux fils.

 

Honorer un mort ce n’est pas le pleurer éternellement, c’est poursuivre ses œuvres positives au profit de l’humanité. Ce que Monsieur ADEBAYO avait comme savoir-être et savoir-vivre, il l’a donné par l’amour qu’il a partagé et par la joie qu’il a distillée avec le sourire aux lèvres. Et ce qu’il avait comme savoir et comme savoir-faire, il les a mis au service des autres pour leur formation, pour leur réussite et pour leur développement. Chacun de nous en a profité, l’UCB en a profité, le
Cameroun et le Nigéria en ont profité et c’est l’Afrique qui a gagné.

 

Que Mr Ajewole Adebayo aille vers ce qui l’attend, et que la paix de nos ancêtres soit avec lui. Qu’il sache surtout que nous ne l’oublierons jamais.

 

Va, mon Directeur Général, aux côtés de tes Ancêtres, et que leur terre te soit légère !